Travailler en offshore avec le développement du parc Tetouanshore

Depuis plus de 2 ans, une partie de mes activités quotidiennes est liée aux métiers de l’offshoring. Le fait de travailler avec des collaborateurs étrangers constitue une formidable opportunité pour développer son Anglais et apprendre à déléguer. C’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle culture et d’autres manières de travailler. Au début, il faut beaucoup d’investissements pour mettre au point les méthodes de travail. Au final, cela permet de réaliser des tâches en horaires décalés (lorsque les équipes de développement sont dans des pays séparés de plusieurs fuseaux horaires), et bien entendu à moindre coût.

Dans son livre La semaine de 4 heures, Timothy Ferris conseille même d’investir dans un assistant personnel dont l’entreprise est basée dans un parc technologique. Cela apprend au moins à déléguer, avec tous les risques d’erreurs liées aux incompréhensions dans la communication. Il donne des exemples de tâches personnelles qu’il ne fait plus : recherche documentaire, formalités administratives etc… Une telle organisation permet de se consacrer à des actions plus importantes. Le souci majeur, c’est que les entreprises qu’il cite sont anglophones, et il existe encore très peu de sociétés francophones qui offrent les mêmes services. A moins de faire des gros efforts pour s’adapter et travailler dans une langue étrangère, il est difficile d’envisager de reproduire son style de vie si étonnant.

Avec le développement du parc Tetouanshore, situé dans la région de Tanger-Tétouan au Maroc, il sera plus facile de tester sa méthode. En effet, sur ce campus de 20 Ha avec des infrastructures de qualité, il y aura de bonnes chances de trouver des partenaires francophones. C’est une bonne raison de suivre la construction de ce parc et d’étudier plus en détails les possibilités d’affaires et de services qui sont développés.